La présence de Yuming Hey dans, On n’est pas là pour disparaître au Théâtre 14

On est pas pour disparaître, au Théatre 14

Pour sa rentrée, le théâtre 14 propose un seul en scène. On est pas là pour disparaître, repose sur un texte exigeant, abordant un sujet pas facile et néanmoins universel tel que la maladie d’Azheimer.

Dans une mise en scène épurée, un décor clinique et la voix de Marina Hands, l’excellent Yuming Hey donne une performance à la hauteur de son talent.

« On n’est pas là pour disparaître » raconte l’histoire de Monsieur T. atteint de la maladie d’Azheimer. Un homme malade qui poignarde sa femme de plusieurs coups de couteaux en 2004.

On est pas là pour disparaître, du papier à la scène

Crédit : Christophe Raynaud de Lage.

Avant d’être transposé à la scène, il s’agit avant tout du roman d’Olivia Rosenthal, paru en 2007. Un ouvrage primé à plusieurs reprises.

La voix de Marina Hands

Juste avant l’entrée en scène du comédien; Marina Hands, par sa voix, fait l’état des lieux et la genèse de la maladie d’Azheimer. La projection du texte sur écran géant, une musique live dynamique et « coup de poing » interprétée par l’artiste Rebecca Meyer et qui sert à merveille le propos. Celle-ci est, d’ailleurs, souvent présente durant la performance du comédien.

La scénographie, dans son ensemble, rend la performance de Yuming Hey vivante et dynamique. Elle permet ainsi au spectateur de plus facilement s’immerger dans la triste histoire de cet homme malade ayant commis l’irréprochable.

Mis à part Monsieur T., le comédien s’amuse avec d’autres voix : celle des proches, des medecins ou de l’autrice elle-même. Le comédien arrive avec délicatesse et justesse à passer d’une voix à l’autre; de plus, la plupart du temps fixe, il s’exprime aussi corporellement et ce avec l’agilité et la grâce d’un danseur. Cette fluidité corporelle propre au comédien apporte une certaine légèreté et douceur au personnage.

Au-delà de l’angoisse que suscite cette maladie et au-delà de l’acte commis par Monsieur T, les mots d’Olivia Rosenthal laissent entrevoir un peu d’optimisme.

Un spectacle fort et exigeant

Grâce à un texte intelligent, un sujet universel, une mise en scène/scénographie appropriée et un comédien talentieux, l’histoire de cet homme désespéré et angoissé par l’oubli de sa vie captive le spectateur.

« On n’est pas là pour disparaître » est à l’affiche du théâtre 14 jusqu’au dimanche 3 octobre 2021.

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.