Théâtre: “Le massacre du Printemps”, une poignante ode à la vie.

L’auteure-metteure en scène et comédienne, Elsa Granat signe avec “Le massacre du Printemps” un texte choc inspiré de la fin de vie de ses parents. La mort rode et pourtant, il s’agit de vivre. Il s’agit de continuer à vivre après que la maladie a emporté nos parents.

Qui est Elsa Granat?

Aujourd’hui artiste complète appréciée et reconnue par ses pairs, rappelons brièvement qui se cache derrière cette jeune femme talentueuse. Formée au conservatoire de Marseille, elle fait la rencontre déterminante d’Edward Bond au travers un stage. Elle complète sa formation au sein de la classe libre du cours Florent. De formation littéraire, elle obtient un Master de lettres modernes sur la théâtralité des “Misérables” de V.Hugo et un Master 2 d’Arts du spectacle. Elle se produit comme comédienne, assistante puis metteure en scène et rapidement, plonge dans l’écriture. Elle crée en 2015 sa compagnie “Tout un Ciel” au sein de laquelle elle souhaite montrer un théâtre incarné. C’est au travers une dramaturgie éclatée et un rapport au politique construit à partir de l’expérience intime qu’elle s’exprime. Elsa Granat est également artiste associée au théâtre des Ilets- CDN de Montluçon.

Création d”Un massacre du printemps”

Elle crée “Le massacre du printemps” en 2017, imaginée à partir de la perte successive de ses deux parents. La pièce sera jouée au studio-théâtre d’Alforville. Elle sera reprise au Festival d’Avignon au théâtre du Train Bleu en 2019. Elle est à la programmation du Théâtre de la Vilette en ce mois de mars 2021. La pièce est annulée dû au contexte sanitaire actuel.

“Le Massacre du Printemps”, une certaine forme de résilience

Au travers un texte puissant, Elsa Granat et ses partenaires, tous aussi talentueux et plein d’énergie, nous démontre une furieuse envie de vivre. Au commencement d’une nouvelle vie, l’héroïne replonge dans ses souvenirs et nous fait revivre avec de vives émotions, la perte de ses parents. Elle se remémore avec force l’accompagnement en fin de vie de ses parents. Toutes les émotions senties, parfois exacerbées, y sont exprimées. Le texte permet de libérer des non-dits et fait office de catharsis pour l’héroïne. Il l’a conduit à puiser en elle la force nécessaire de continuer et de s’apaiser au travers une parole réconciliable. Cette fiction bouleversante ne se fait auncunement dans la pathos mais dans le rire, un rire parfois cruel et, en même temps, foncièrement, sincère et humain.

Ce massacre tombe à pic avec cet inexorable printemps que nous vivons cette année. Ce massacre est une véritable révolte intime contre les blessures qui poussent les Hommes à se relever et à se reconstruire. Au travers une histoire personnelle, cette pièce, encore plus en ce moment, nous insuffle des forces inespérées afin de s’inventer de nouveaux printemps.

Un hymne à la vie, un véritable plaidoyer, un éveil des consciences.

Travail dirigé par Elsa Granat/ Dramaturgie: Laure Grisinger/ avec Anthony Cochin, Elsa Granat, Clara Guipont, Laurent Huon, Edith Proust et Hélène Rencurel.

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.