“L’Année Ginsburg dit Gainsbourg: sa vie, son oeuvre “

Trente ans déjà, un génie de la chanson française, un pianiste hors pair s’en est allé. On a tout dit et tout montré ou presque sur Serge Gainsbourg, de son vrai nom Lucien Ginsburg. Un personnage tout en provoc mais pas seulement que l’on célèbre cette année ici et là!

L’homme à la tête de choux

Tout le monde aujourd’hui sait de qui il s’agit. Cet homme, à la vie sulfureuse, a su, grâce à son talent, s’adapter à chaque époque de sa carrière. Qui n’a pas en tête une chanson de de l’ artiste qu’il affectionne particulièrement! Il a su toucher toutes les générations et aujourd’hui encore, chacun d’entre nous se souvient d’un moment incarné par celui qui ne laissa personne indifférent.

Du poëte au provocateur

A ses débuts, le jeune Gainsbourg se voulait poëte avec des chansons devenues cultes comme “La javanaise”, “Le poinçonneur des Lilas” ou bien “Je suis venu te dire que je m’en vais”. Serge Gainsbourg etait aussi un grand séducteur, nous ne comptons plus ses conquêtes dont Brigitte Bardot qui lui inspira la célèbre chanson “Je t’aime, moi non plus”. Son côté provocateur ressort à partir des années 80 et très vite Gainsbourg laisse la place à Gainsbarre. Sa fameuse reprise de la Marseillaise en reggae sous le titre “Aux Armes etc.” a été très controversée.

Artiste prolixe et diversifié, il est aussi acteur/ réalisateur; il débute sa carrière comme peintre. Malheureusement, la période Gainsbarre éclipse un peu ses créations artistiques au détriment de ses frasques médiatiques.

Un trentième anniversaire exceptionnel.

Un rendez-vous exceptionnel est attendu depuis de nombreuses années: l’ouverture au public d’une partie de sa maison du 5 bis rue de verneuil dans le 7ème arrondissement de Paris. Charlotte, propriétaire de la maison familiale, souhaite depuis longtemps en faire un musée. Ce sera chose faite ! Des travaux ont commencé; Charlotte a racheté l’appartement mitoyen afin que le public puisse avoir accès à une partie du très étroit hôtel particulier de son père. Un ascenseur extérieur y sera installé. “La Maison Gainsbourg” sera ouverte au public entre le dernier trimestre 2021 et le début de l’ année prochaine.

En attendant, deux magnifiques expositions ont lieu en ce moment. A la Galerie HEGOA, nous avons l’opportunité d’admirer des clichés de grands photographes représentant la vie quotidienne de l’artiste chez lui. Quelques incontournables y sont également exposés.

Au marché Dauphine des Puces de St-Ouen, trente artistes ont crée dessins, graffitis, pochoirs, photos inspirés par Gainsbourg. Cette exposition est inédite et originale, à ne manquer sous aucun prétexte. Certains des artistes sont présents pour dédicacer leurs oeuvres.

Disparu le 2 mars 1991, un mois avant son 63ème anniversaire; nous ne sommes pas, cette année, au bout de nos surprises. Une création audiovisuelle et un spectacle présentant Gainsbourg sous un jour différent sortiront très prochainement.

Gainsboug, so sex!

Un peu de croustillant!

Alors qu’ Arthur Dreyfus sort un pavé sous le titre “Journal sexuel d’un garçon d’aujourd’hui”, on y apprend que Serge Gainsbourg était bisexuel! Suite à un entretien que lui a accordé Jane Birkin, l écrivain dévoile que Gainsbourg n’était pas seulement un homme à femmes.

Trente après sa disparition, on ne cesse d’en apprendre sur l’homme et l’Artiste. Gainsbourg l’éternel, Gainsbourg l’inclassable! Il fait encore parler de lui et les jeunes l’ écoutent toujours. Il restera, aimé ou détesté, un artiste incontournable de notre patrimoine français.

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.