L’instant apéritif… Ricard, born à Marseille

L’abus d’alcool est dangereux, consommez avec modération.

L’été est bel et bien là, combien même il se fait différent cette année, il n’en reste pas moins que les soirées entre amis, en famille sont au rendez-vous. Plaisir de se retrouver après plusieurs semaines d’un confinement imposé… il est bon de se détendre et de profiter des petits plaisirs de la vie, comme à l’heure de l’apéro. Plaisir et simplicité avec l’incontournable des apéritifs anisés, plongeons-nous dans la fraîcheur intense d’un Ricard…

Ricard, le pastis de Marseille

Voici près d’un siècle (1932) que cet apéritif anisé anime les tablées du dimanche, fer de lance des bars et des discussions animées au comptoir, à la terrasse. Véritable icône du midi de la France, et plus particulièrement de sa ville d’origine Marseille. Une fierté locale, nationale. On l’aime servi pur avec une eau bien fraîche, glacée. Rafraîchissant, avec sa pointe d’anis. Il nous éveille à la saison estivale, nous rappelle le chant des cigales, le doux et généreux soleil de la douce Provence, l’accent unique et chantant du sud… la convivialité et un art de vivre plus posément, simplement. Personnellement, je le consomme tranquillement à l’abri du soleil (je suis plutôt ombre que soleil), tout en profitant d’une plaisante chaleur estivale. Quelques chips, olives et on oublie le stress, les soucis… farniente, détente, pause, vacances, convivialité… à chacun son mot, son appréciation de l’instant détente, apéro.

Intense, frais, rafraîchissant… un goût unique, quelque peu amer, mais intense. Le petit jaune (nom populaire du Ricard), demeure l’icône des apéritifs des français. Mais, quelque peu délaissé par les plus jeunes. La marque se réinvente, et apporte un nouveau vent de fraîcheur… en déclinant de nouvelles variétés, des éditions limitées, des idées créatives de cocktails… mais surtout en revenant à ses fondamentaux, sa ville d’origine… Marseille.



Ricard. Born à Marseille

C’est en 1932, que Ricard voit le jour dans le quartier marseillais de Sainte-Marthe de par l’imagination de celui qui lui accolera son nom… Paul Ricard.

Paul Ricard fait preuve d’innovation en élaborant une recette incluant de l’anis étoilé, de l’anis vert et de la réglisse. Son slogan, « Ricard, le vrai pastis de Marseille », apparaît en 1932. C’est la première fois que le mot pastis apparaît sur l’étiquette d’un apéritif anisé.

Wikipedia

Afin d’honorer les origines de la boisson et de la faire découvrir aux 25 – 40 ans, qui ont quelque peu délaissé l’apéritif anisé provençal, c’est autour d’un nouveau slogan “Ricard born à Marseille” que la marque se distingue dans un clip vidéo. Un spot pour rappeler les origines de Ricard, tout en entendant bien continuer à incarner l’apéro à la française. Une ode aux origines du légendaire pastis, qui vient à célébrer son histoire, ses attaches, ses rituels autour et entre les mains de trois bar tenders marseillais : Alexandre, Léa et Pascal.

Un nouveau vent de fraîcheur, une nouvelle dynamique

Une nouvelle dynamique qui revitalise le pastis marseillais. Un nouveau souffle, et tout repart… c’est frais, punch, urbain, actuel, tout en conservant les notes de la Provence, du soleil et le goût unique de la boisson. A chacun de se l’approprier, de l’apprécier, et même d’être force de créativité, d’innovation par de nouvelles tendances cocktails. D’ailleurs, je ferai preuve d’audace en me lançant dans cet esprit créatif… dès lors, que je serai de retour à Paris. Oui, déjà plus de deux mois que l’éloignement contraint et forcé, suite à l’incendie, me pèse… j’avoue.

Vidéo – Ricard, born à Marseille


Véritable marqueur de notre société, lien inter générationnel, la pause apéritive, s’apprécie au quotidien et encore plus à l’heure où nous sortons d’une période liée à des restrictions sans précédentes pour la plupart d’entre-nous. Même si la vigilance ne doit pas retomber, il convient d’apprécier ce retour aux sources, à ces petits riens qui sont finalement ces petits plus faisant partie intégrante de notre vie. Alors, apprécions, savourons, sans aller chercher bien loin, ce que la tradition nous offre de convivialité et de moments uniques…

Bel été à toutes, tous… avec modération concernant l’apéritif anisé.



Article étiqueté avec , , , , ,

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.