Hommage – A toi maman… Un an déjà.

C’était le 18 juillet 2014, voici 365 jours écoulés. Ce soir-là, (en fait dans la nuit du 18 au 19), je te disais bonne nuit… Sans savoir que ce bonsoir, serait le dernier. Un  adieu (temporaire, on se retrouvera le jour venu) sans le savoir. Je fermais la porte, pour la rouvrir quelques heures plus tard et y découvrir un corps, le tien maman… Inerte, dans une position qui ne m’interpella pas au premier abord… Quelques paroles, pour te dire que tu aurais pu éteindre la TV, la lumière avant de t’endormir…

Paroles malheureuses… Tu es là, devant moi comme à dormir sereinement, paisiblement. Une position  toutefois légèrement courbée, inhabituelle. Mais à laquelle je ne prête pas attention. Sincèrement, j’ai l’impression que tu dors…

Je débarrasse ton plateau (table), et je m’éclipse. Une bonne heure passe, je reviens car Guerda, ton auxiliaire de vie, est arrivée. Elle te parle, tu ne lui réponds pas. Je l’entends t’appeler par ton prénom…

Marielle, Marielle ?

Je viens vers ta chambre, et je dis Maman ? Tu ne bouges pas, alors j’avance et cette fois je saisis ton bras. Tu es froide, je ne peux décrire la sensation qui me traverse à cet instant. Je comprends tel un éclair me traversant, la réalité. Je me retourne vers Guerda qui a compris tout autant que moi. Je saisis le téléphone, je compose le 18…

Mais il est trop tard, tu es partie. Je te disais bonne nuit quelques heures plus tôt. Je regardais la TV avec toi. Harry faisait des siennes comme bien souvent, lui qui t’amusait tant. Je savais bien que cela n’allait pas trop ces derniers jours, que la maladie avait franchi encore une étape. Mais qui aurait pu deviner ? Le cœur a eu raison de toi, de nous, de la vie… Ce même cœur faisant la vie mais l’arrêtant soudainement, brutalement également. La maladie, la sclérose en plaques, ennemie des temps modernes que cette saloperie t’ayant privée de tes jambes lors de ces quatre dernières années.

Un an est passé, entre temps, tu es devenue mamie. Tu le savais peu avant de partir que tu allais l’être. Ce petit bonhomme vers lequel aujourd’hui, sûr que tu le surveilles de ton âme bienveillante.

Un 19 juillet, triste jour d’anniversaire… Pas de tombe pour te parler. Alors chaque jour mes mots sont pour toi. Aujourd’hui cet écrit sur ce blog, dont je te parlais de temps en temps…

A toi Maman, je ne t’oublie pas…

Article étiqueté avec , ,

Commentaires

  1. nadine doreau fargeix

    Quel merveilleux témoignage Sébastien. Ta mère, où qu’elle soit reste auprès de ses enfants, vous étiez tout pour elle. Comme toi je veux croire qu’un jour nous la retrouverons comme tous ceux qui nous manquent aujourd’hui. Tu sais, ta maman ma soeur je l’aimais vraiment beaucoup, à moi aussi elle me manque tous les jours et je lui parle très souvent. Bon courage mon grand et comme tu le dis il faut profiter des bons moments qui se présentent, alors quand une occasion se présente, n’hésite pas et viens partager des moments de petits bonheurs. Je t’embrasse.

  2. Elodie Minet

    Très bel hommage :(
    Ca a du très difficile d’écrire ce texte.
    J’aime croire que les personnes aimées et disparues veillent sur nous où qu’elles soient,ça m’a aidé à faire mon deuil.

    Bon courage

  3. Isaguruma

    Très bel hommage <3
    Pour le seconde fois aujourd'hui, cette date anniversaire me fend le coeur (cela fait 2 ans que ma fille de 18 ans a appris sa rechute (cancer).
    C'est dans ces moments-là où l'on réalise que chaque instant, aussi infime soit-il, doit être vécu avec plaisir.
    Love

    • Romain-Paris

      Bonsoir Isagruma,
      En souhaitant sincèrement, rémission pour ta fille, et qu’elle puisse profiter de la vie.
      Et, je le confirme, il faut savoir saisir tous les instants de la vie et profiter pleinement lorsqu’on peux se le permettre.

  4. Rach'l LH

    Je ne peux que te comprendre….la vie est injuste et nous enleve bcq trop tous ceux qu’on aime.
    Je te souhaite beaucoup de courage et t’envoi toute mon amitie.

  5. Lilith Despaquis

    Un an déjà..le temps court si vite..
    Très émouvant témoignage..
    Même si ce n’est pas grand chose comme soutient ,ma tendresse t’accompagne

    Biz

  6. Lâm

    Une très belle lettre à ta Maman qui je suis sûre te regarde de là haut et qui pose sur toi un sourire tendre et plein d’amour. J’ai encore la chance d’avoir mes parents, nous sommes très proches et je redoute le jour où ils devront partir eux aussi… Tu es très courageux, tu as affronté tant de choses, je te lisais dans ton bras de fer contre les administrations pour pouvoir prendre soin correctement de ta Maman, cela ne devrait pas être aussi dur… En ce jour, je pense fort à toi, à ta Maman <3

    • Romain-Paris

      Tu sais la personne courageuse, fut ma mère. Pas moi, je n’ai été que le témoin. Pas moi qui ai souffert, pas moi qui ne suis plus…
      Concernant les administrations, autant certains interlocuteurs ont été formidables, que d’autres…
      Et la loi qui aujourd’hui, décale de 9 ans l’accessibilité (mise aux normes) des lieux pour personnes handicapées. Un monde d’égoïstes, il faut juste le vivre pour le comprendre…

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.